J’aimerais établir une correspondance scolaire avec les élèves du pays bénéficiaire, comment faire ?

NB : Tout d’abord, nous tenons à vous mettre en garde : la correspondance scolaire est un long processus à mettre en place qui demande déjà dans un premier temps une mise en contact et des échanges entre enseignants/éducateurs autour d’un « projet » co-construit.

Cette correspondance scolaire met du temps à s’établir et voit souvent le jour dès la rentrée de l’année N+1. Il est difficile de la mettre en place avec les élèves qui ont participé à la collecte durant l’année N.

Malgré ces contraintes, si vous souhaitez mettre en place une correspondance scolaire, nous vous remercions de poser au préalable votre demande et votre éventuel projet, avant de nous contacter.

Solidarité Laïque s’engage ensuite à transmettre l’ensemble des coordonnées et requêtes aux partenaires de la zone géographique concernée (Afrique de l’Ouest, Asie du Sud Est, Maghreb, Caraïbes, Europe continentale….)  en une seule fois à la fin de la Rentrée Solidaire (fin décembre-début janvier) afin de ne pas sur-solliciter nos partenaires dont ce n’est pas la mission première. Ceux-ci les transmettent ensuite à leurs contacts respectifs qui sollicitent sur le terrain des éducateurs et des établissements désireux d’effectuer un échange avec des élèves français. En fonction des répondants, une suite pourra être donnée et un contact établissement pourra être transmis.

Solidarité Laïque ne fait l’interface qu’au démarrage du projet de correspondance.

Pour plus d’informations : Solidarité Laïque a publié en 2013 avec l’ICEM un guide pour les éducateurs sur « La correspondance internationale : un projet pour s’ouvrir au monde ».

Ce guide a pour objectif d’accompagner au mieux tout éducateur (animateur, enseignant,…) désirant se lancer dans une correspondance internationale et à la recherche de méthodes et de pratiques.

Commentaires